Passer au contenu principal

L’histoire des salles de bains – comment nos ancêtres se lavaient-ils et qu’avaient-ils comme salles de bains ?

Le fait que nos ancêtres ne faisaient pas partie des meilleurs en termes de propreté corporelle n’est plus un secret pour personne. Principalement au Moyen Âge, le niveau d’hygiène a considérablement baissé – l’eau s’est alors pratiquement transformée en ennemi. Au contraire, pour les anciens Grecs et les Romains, la propreté corporelle allait de soi. Découvrez l’évolution des salles de bains au cours des différentes étapes de la civilisation humaine !

L’antiquité : se baigner comme Dieu

La tradition de prendre régulièrement soin de son corps a été mise en place par les anciens Égyptiens qui étaient connus pour leur amour de la propreté et pour leur utilisation de produits cosmétiques. Le savon a été inventé à Babylone 2000 ans avant J.C. et il a rapidement conquis l’Égypte. C’est d’ailleurs l’Égypte qui a donné vie aux rituels du bain – ils croyaient en effet que plus une personne était propre et huilée, plus elle se rapprochait des dieux. Par conséquent, les Égyptiens se lavaient plusieurs fois par jour.

Les thermes – une part intégrale de la culture

main-qimg-1479fdd1570b82e95b0ed99290863281.jfif

Les anciens Grecs et les anciens Romains savaient parfaitement que la propreté était la clé de la santé. La plus ancienne baignoire en terre cuite a été découverte en Crète et on estime son âge à 3 700 ans. La plupart des villes romaines possédaient des thermes où les citoyens se lavaient et établissaient également des relations sociales. Les thermes étaient composés d’un complexe de bâtiments parmi lesquels on trouvait une piscine, des vestiaires, des terrains de sport, un sauna, etc. Les thermes de Stabies, découverts à Pompéi (2ème siècle avant J.C.), comptent parmi les plus célèbres.

 

Des rencontres dans les toilettes

Il en était de même dans les toilettes publiques. Il n’y avait pas de cloisons et les sièges des toilettes étaient souvent placés en vis-à-vis afin que leurs utilisateurs puissent profiter de la compagnie des autres personnes présentes et avoir des discussions animées. Une éponge naturelle était utilisée à la place du papier toilette et, comme vous pouvez le deviner, elle était jetable. Vous serez peut-être surpris de l’apprendre, mais l’idée des toilettes publiques payantes est née à cette époque-là. C’est l’empereur Vespasien qui en est devenu l’inventeur lorsqu’il a taxé les toilettes. L’urine pouvait également être monnayée – elle est en effet riche en ammoniac, substance qui était utilisée dans les tanneries pour nettoyer les tissus.

Le haut Moyen Âge : une hygiène rurale

shutterstock_99185930.png

Bien que la situation en termes d’hygiène se soit considérablement détériorée au Moyen Âge, elle n’était pas si terrible que ça au tout début. Nos ancêtres se lavaient au moins les mains, le visage et la barbe. La plupart des ménages se contentaient d’un lavabo et d’une carafe d’eau, les ménages plus riches disposaient d’un réservoir d’eau suspendu avec un robinet et les gens les plus riches avaient une salle de bains dans leurs résidences, ce qui était considéré comme un signe de luxe et de statut social élevé. À cette époque, c’était pourtant les gens de la campagne qui se lavaient le plus et ce, souvent directement dans les écuries. Contrairement aux riches, ils voulaient laver la sueur qu’ils avaient sur eux après leur travail. Paradoxalement, les pauvres étaient ceux qui étaient les plus propres.

Au fil du temps, des bains publics ont vu le jour et ils ont rapidement joui d’une popularité considérable. Il était possible de s’y faire couper les cheveux, de s’y raser, d’y faire une cure cosmétique et même d’y passer un examen médical. Par la suite, au travers de toute l’Europe, les bains ont été détruits par des inondations.
 

Se laver ? C’est immoral !

Plus tard, l’hygiène s’est malheureusement fortement dégradée. Se baigner était même considéré comme un péché et comme étant mauvais pour la santé. Par exemple, Saint Jérôme considérait le bain quotidien comme une débauche. C’est pour cette raison que dans les monastères, les moines ne se lavaient que quelques fois par an.
 

Une protection contre la peste

Vous pensez que nous avons touché le fond ? Détrompez-vous ! Pendant l’épidémie de peste qui s’est propagée en Europe au 14ème siècle, les gens ont totalement cessé de veiller à leur hygiène. Ils pensaient que les pores ouverts facilitaient l’entrée de la maladie dans le corps. Et au contraire, une épaisse couche de saletés était censée les protéger. L’eau était toujours considérée comme nocive et ce, même au sein des aristocrates. Ils préféraient se gratter avec des accessoires en ivoire et masquer leur mauvaise odeur corporelle à l’aide de poudres et de parfums tous plus précieux que les autres.
 

L’hygiène à la cour royale

Au 17ème siècle, ce n’était pas beaucoup mieux. Le roi Louis XIV de France ne s’est baigné que deux fois dans sa vie et sa baignade lui a pratiquement coûté la vie. On dit même qu’il n’y avait pas une seule toilette dans son château de Versailles. Durant les bals, les danseurs se soulageaient dans un coin de la salle.
 

XVIIIème siècle : l’eau et le savon reviennent sur le devant de la scène

Ce n’est qu’au 18ème siècle que l’eau et le savon reprennent la place qu’ils méritent. Mais comme la nudité était considérée comme quelque chose d’inapproprié, les gens se lavaient souvent dans leurs maillots de bain et ils se savonnaient en maillot. Comment prenait-on le bain à cette époque ? Une fois par semaine, la bonne sortait une cuve ou une baignoire en tôle qu’elle remplissait d’eau chaude. Toute la famille s’y baignait, l’un après l’autre. Le chemin à parcourir pour arriver aux salles de bains actuelles était encore très long.
 

Tout change grâce à la révolution industrielle

Le retour complet à l’hygiène n’a lieu qu’au 19ème siècle, lorsqu’Ignace Semmelweis présente sa théorie sur les bactéries. Il est ainsi devenu un pionnier de l’hygiène, aussi bien dans le domaine médical que dans la vie quotidienne. Grâce à la révolution industrielle, l’accès de la population aux produits d’hygiène tels que le savon, les accessoires de salle de bains, etc. s’est sensiblement accru. Les salles de bains et l’équipement des salles de bains ont connu un développement considérable et l’utilisation des bidets s’est progressivement étendue.
 

Les Américains et leurs salles de bains

Le rapide développement économique des États-Unis au 19ème siècle a nécessité la construction de nombreux hôtels. Leurs versions de luxe avaient un espace séparé réservé à l’hygiène. Les salles de bains telles que nous les connaissons aujourd’hui, avec un baignoire, un lavabo, un miroir et des toilettes, ont rapidement gagné en popularité dans les maisons privées. Au milieu du 20ème siècle, les petits appartements équipés de salles de bains modernes étaient considérés comme un standard de civilisation. L’accent y était mis non seulement sur l’aspect pratique de la salle de bains, mais aussi sur son design.

Avant que n’apparaissent les salles de bains confortables auxquelles nous sommes habitués au 21ème siècle, nos ancêtres ont dû parcourir un long et sinueux chemin. L’approche de l’hygiène du corps a plusieurs fois changé au cours des siècles. Nous disposons aujourd’hui d’innovations techniques que Louis XIV n’aurait jamais imaginées possibles et ce, même pas dans ses rêves les plus fous !

Produits associés

Livraison gratuite
1.612,78 € TTC
En stock 9 pièces
Expédié lundi le 1. 11.
Livraison gratuite
1.710,36 € TTC
Expédié habituellement dans 15 jours.
Livraison gratuite
2.359,19 € TTC
Expédié habituellement dans 15 jours.
Livraison gratuite
4.740,00 € TTC
Expédié habituellement dans 15 jours.
Livraison gratuite
1.834,68 € TTC
Expédié habituellement dans 15 jours.
Livraison gratuite
3.811,20 € TTC
Expédié habituellement dans 15 jours.
en haut
WidgetAvisVerifies